Le réveil citoyen pour une Alsace

écologique, sociale et solidaire !

A.C.T.E.S

Une Assemblée Citoyenne
pour la Transition Ecologique et Sociale

La crise sanitaire que nous venons de traverser a mis en exergue ce que nombre d’associations ou de citoyens disent depuis longtemps : les inégalités inacceptables qui traversent notre société, la perte d’autonomie alimentaire des territoires, les conséquences désastreuses de la politique du « mieux avec moins » sur les services publics, l’impact environnemental de notre modèle économique sur la qualité de l’air par exemple, etc

Fort de ce constat, certains (associations ou citoyens), émanant de réseaux différents, ont décidé de créer une Assemblée Citoyenne de Transition Ecologique et Sociale (A.C.T.E.S), non pas pour juste s’unir mais pour construire et porter des propositions concrètes, articulant ces enjeux d’actualités. Ouverte à tous les citoyens qui veulent participer et réfléchir, ensemble, à la construction de ces enjeux sociétaux, l’Assemblée fonctionnera tant à l’échelle de l’Alsace qu’à des échelles plus restreintes en fonction des dossiers, des envies, des personnes,… elle pourra, en fonction des opportunités, étendre son action dans des dimensions transrégionales voire transfrontalières.

La carte administrative bouge en Alsace et demain nous serons rassemblés au sein d’une Collectivité Européenne d’Alsace. A nous de faire de ce nouvel outil un laboratoire pour un avenir écologique et solidaire.

Notre appel

La crise sanitaire que nous traversons est, une fois de plus, l’opportunité de réfléchir à un autre monde possible. Elle a révélé la grande fragilité de notre système socio-économique et ses impasses.

La pandémie actuelle est une crise qui s’inscrit dans un dérèglement beaucoup plus large et qui nécessite un changement global. Les causes sont pour l’essentiel liées à la surexploitation de la nature et à l’étiolement des solidarités collectives.

De plus, à l’urgence sanitaire, va succéder l’urgence sociale.Les crises passées l’ont systématiquement démontré : celle de 2008 a laissé beaucoup de nos concitoyens « encore plus au bord du chemin ».

Au cœur de l’urgence, des questions centrales ont été soulevées, relayées à travers de nombreuses tribunes et plateformes.
Mieux que cela, de nombreuses initiatives ont été prises spontanément. Cette force d’adhésion mobilisatrice ne doit pas être laissée sans réponse, ni traduction concrète.

Cette crise a également montré que les principes libéraux prétendument intangibles pouvaient être remis en question. Ainsi, le politique a démontré qu’il avait toujours un pouvoir régulateur. Il est d’ailleurs de son devoir de l’utiliser pour que prime l’intérêt collectif.

Et si en Alsace, nous faisions un pas de plus… pour infléchir notre futur vers moins d’inégalités, plus de solidarité et davantage de nature ?

Au moment où la reprise de l’activité se dessine, les collectivités locales ont la possibilité de peser significativement sur ces choix structurants. D’ailleurs, la future Collectivité européenne d’Alsace pourrait saisir cette opportunité pour engager une dynamique résolument citoyenne, écologique et solidaire.

Pour la première fois en Alsace, des citoyens, des structures diverses et complémentaires se rejoignent pour une refondation écologique, solidaire, sociale et démocratique.
Les signataires de cette tribune souhaitent contribuer à ce tournant en appelant à la création d’une Assemblée alsacienne de la transition !

Toutefois nous n’ignorons pas que notre souhait d’une autre société s’inscrit dans un contexte contrasté. Il y a d’une part ces idées de plus en plus partagées de la nécessité de préserver et renforcer nos biens communs et les solidarités et d’autre part la tentation de relancer le système à partir des même leviers d’avant crise qui ont montré au grand jour leurs limites.

Pour les signataires de cette tribune, une véritable refondation n’est imaginable qu’à au moins trois conditions :

  1. Une redéfinition collective de ce que sont les biens communs et l’instauration d’un regard citoyen sur leur gestion effective.
  2. Un rééquilibrage des rapports de force et un meilleur partage des leviers d’actions, pour une gestion plus juste des biens communs.
  3. Une refonte des processus de décision, associant largement les citoyens et leurs représentants collectifs.

Il n’y aura pas de refondation crédible tant que les mêmes types d’acteurs fonctionneront avec les mêmes priorités et les mêmes outils de pilotage !
Osons, en Alsace,la réappropriation par tous des questions socio-économiques et environnementales avec un ancrage démocratique réel.

Cette tribune se veut un appel à toutes les structures de la société civile et tous les citoyens qui se reconnaissent dans cette vision. Unissons nos efforts, nos compétences et nos réalisations pour créer, en Alsace, une Assemblée citoyenne de la transition écologique et sociale.

Cette Assemblée, indépendante de tout pouvoir politique et économique, sera une force d’expression, d’actions et de propositions pour faire de l’Alsace un territoire en transition.

Vous voulez réfléchir avec nous ?
Vous voulez partager votre expertise et vous enrichir de celles des autres ? Vous voulez agir ?

Alors, particuliers, associations, collectifs, entreprises, rejoignez notre initiative, signez et faites signer cette tribune !

Les premiers signataires proposent à toutes et tous de travailler autour des enjeux suivants :

  • enjeux écologiques :
    réduire significativement la pression sur les milieux naturels et reconstituer vraiment un ensemble cohérent d’écosystèmes fonctionnels ;
  • enjeux sociaux et économiques :
    soutenir et valoriser des métiers ayant une réelle utilité collective en offrant une garantie de travail pour satisfaire des besoins non couverts par le marché; créer de nouveaux emplois d’utilité sociale, solidaire et écologique sur les territoires ; recentrer l’économie sur les biens essentiels à la collectivité en faisant décroître l’utilisation des ressources naturelles ; repenser notre manière de produire et consommer : plus durable, local et éthique ;
  • enjeux démocratiques et politiques :
    promouvoir et favoriser un modèle selon lequel les grandes orientations sont décidées au-delà de petits cercles et leur opportunité plus largement soumise à débat public préalable; avoir un regard sur les politiques publiques au sens de leur impact social, solidaire et écologique et aspirer à conditionner les aides publiques à ces objectifs ;
  • enjeux d’autonomie et de solidarité :
    relocaliser les productions utiles, en particulier alimentaires et énergétiques pour favoriser l’autonomie et la responsabilisation des territoires ; reconstruire des solidarités structurantes entre les générations, avec les plus faibles, avec les générations futures, entre les territoires ; développer la coopération décentralisée en faveur des régions du monde les plus défavorisées ; faire des solidarités un fondement des politiques publiques ;
  • enjeux sanitaires :
    doter le secteur hospitalier de moyens humains, matériels et financiers pour éviter qu’une telle situation de crise ne se reproduise ; plus généralement, garantir dans les faits un accès aux soins pour tous ;
  • enjeux éducatifs et culturels :
    donner des moyens aux acteurs éducatifs et à l’éducation populaire pour former des citoyens éclairés, autonomes, et permettre notamment à la jeunesse de s’engager de manière active et consciente ; faire de la culture un outil émancipateur, permettant de voir, de donner à voir, de comprendre, de créer, de déranger et de permettre l’expression de la pluralité des points de vues ;
  • enjeux d’accès au droit et aux libertés fondamentales :
    développer des maisons du droit bien au-delà de l’aide juridictionnelle, privilégier une approche d’insertion avant d’appliquer des logiques répressives, donner aux associations des prérogatives de contre-pouvoirs vigilants pour le respect des libertés publiques et de l’environnement.

Les membres fondateurs :

Alsace Nature, Emmaüs Mundo’, Observatoire régionale d’Intégration et de la Ville (ORIV), Fédération des Maisons des Jeunes et de la Culture d’Alsace (FDMJC Alsace), Organisation Professionnelle de l’Agriculture Biologique en Alsace (OPABA), Syndicat des Avocats de France section Strasbourg (SAF Strasbourg), BRIGNON Marc (naturaliste), DUPRE Floriane (journaliste), GILLIG Philippe (économiste).

Vous êtes un particulier.

Signer notre appel

Signer notre appel !

357 signatures

Partager avec vos amis :

   

Nos derniers signataires

357 Mme Johanna Waller Saverne Juil 11, 2020
356 Mme Virginie Gameiro Kienheim Juil 11, 2020
355 Mme Christelle Parquin Salenthal Particulier Juil 10, 2020
354 Mme véronique helmlinger Wimmenau citoyenne et médecin psychiatre Juil 09, 2020
353 Mme Michèle Comte Marmoutier Juil 09, 2020
352 Mme ESCOLIN Edith Truchtersheim Citoyenne Juil 09, 2020
351 Mme sabine bossuet strasbourg Juil 09, 2020
350 M Pierre-Michel Vigneau Bolsenheim habitant de la terre Juil 09, 2020
349 Mme Josy CAILLER ROHR Association Familles Rurales Initiatives Juil 08, 2020
348 Mme Solange Husser Strasbourg Juil 08, 2020
347 Mme Delphine Lacuisse Strasbourg Juil 08, 2020
346 Mlle Clémence Vagneur Strasbourg Citoyenne Juil 07, 2020
345 M André SCHWARTZ HOENHEIM Particulier Juil 07, 2020
344 Mme Nadine Panizzi Strasbourg Juil 07, 2020
343 Mme Dominique HOSTEIN Colmar Citoyenne Juil 07, 2020

Vous êtes une structure.

Signer notre appel

Demande de signature structure
*

Soutenir financièrement A.C.T.E.S

Les structures déjà signataires

de notre appel.